Utilisée actuellement comme arme politique: les Organisations de la Société civile disent non à la xénophobie préméditée!

Flodel NKIMA

Le Panel des Experts de la Société Civile, la DCDH, l’Observatoire Citoyen des Droits et de lutte contre la Corruption, l’OCGD, SYFEDDI, REPRODHOC/Kinshasa, COJESKI, ACADHOSHA, Collectif AMKA Congo, OMD sont des Organisations de la Société civile qui sont montées au créneau pour s’insurger contre les actes de barbaries dont la xénophobie par certains Congolais tendant à salir la dignité et la valeur politique de certains acteurs politiques et sociaux. Il l’utilise comme arme politique. Ci-dessous, l’intégralité du Communiqué

COMMUNIQUE CONJOINT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIÉTE CIVILE

Stigmatisation et diabolisation de certains acteurs politiques et sociaux : halte à la xénophobie grandissante comme arme politique

Les bouleversements politiques en cours en RDC mettent en action de grandes manœuvres pour l’occupation des espaces politiques à savoir : le bureau de l’Assemblée Nationale, celui du Sénat, bientôt le Gouvernement et d’autres instances de pouvoirs politiques et économiques. En même temps, il s’observe dans l’opinion qu’une catégorie de personnes et officines politiques recourent à des stratagèmes coupables, pour mettre hors course des potentiels compétiteurs politiques.
Conscientes du danger que pourraient représenter ces genres de manœuvres, Nous Organisations de la Société Civile, signataires du présent communiqué, avons depuis un certain temps documenté et étudié le mode opératoire des pratiques de certains opérateurs politiques et constatons avec regret qu’ils procèdent tous de la même façon. Ainsi, au lieu d’user d’une saine compétition politique, ils s’adonnent à des pratiques qui désormais doivent être dénoncées et condamnées :
– Ils commencent par la manipulation de l’opinion à travers le matraquage médiatique, la délation, la calomnie et la diabolisation de leurs adversaires politiques qu’ils traitent souvent de « Rwandais », de « Tanzanien », de « Italien », de « Zambien », de « Camerounais » etc ;
– De fois, Ils les accusent de détournement de sommes colossales, de blanchissement d’argent et quelques fois de vendeurs d’armes ;
– Ils activent aussi des services de sécurité obscure et procèdent à l’enlèvement de leur victime ;
– Et si ces manœuvres ne réussiraient pas à neutraliser leur cible, ils montent des dossiers judiciaires, économiques et fiscaux cousus du fil blanc et utilisent abusivement la justice pour atteindre leur fin politique ;
– Une fois acquis, la cible désormais considérée comme « persona non grata » est pourchassée, humiliée et/ou arrêtée.

A ce jour, des dossiers confectionnés à la va vite de prétendue corruption, de détournement de fonds, de mauvaise gestion etc …pullulent et sont brandis à grand bruit à travers les réseaux sociaux et autres plateformes médiatiques acquis à leur cause dans le même objectif de nuire à leurs concurrents politiques.
Ces pratiques qui procèdent de la stigmatisation, de la persécution voire de la xénophobie ont déjà fait des victimes qu’on ne devrait pas taire.
A titre illustratif, nous pouvons énumérer :
– Hier c’était Vital KAMERHE, aujourd’hui le Sénateur Eric RUBUYE traité de « Rwandais ». Dans une certaine opinion être qualifié de « Rwandais » signifierait « une personne à abattre » ;
– D’autres cas tels que Matata MPONYO, Alexis Tambwe MWAMBA … sont vilipendés et accusés de détournement des fonds à travers les mêmes canaux de communication. Ce qui pourrait constituer des signes avant-coureurs pour leur neutralisation et leur mort sociale et politique.
Tout cela suscite un certain nombre de questionnement et d’angoisse :
A qui le prochain tour ?
Dois-t-on attendre la prochaine victime ?
Que fait la justice congolaise pour arrêter cette dérive ?
L’imputation dommageable a-t-elle cessée d’être une infraction en RDC?
La présomption d’innocence a-t-elle cessé d’être le principe sacro-saint de la justice ?
C’est pourquoi, Nous Organisations Signataires de ce communiqué dénonçons toutes ces pratiques, attirons l’attention de l’opinion tant nationale qu’internationale sur le danger que ces manœuvres politiciennes actuelles représentent pour la paix et la cohésion nationale et craignons que ces pratiques plongent notre pays dans des crises inutiles.
Saisissant de cette occasion, nous en appelons à toute personne animée d’un esprit du patriotisme ainsi qu’aux autres forces sociales et politiques oeuvrant pour la paix de joindre leur voix à la nôtre pour que cessent ces pratiques éhontées qui mettent en péril les acquis de la démocratie et du respect des droits de l’homme.

Fait à Kinshasa, le 17 février 2021

N° Organisations Noms Signatures

  1. Le Panel des Experts de la Société Civile
  2. DCDHE
  3. Observatoire Citoyen des Droits et de lutte contre la Corruption
  4. OCGD
  5. SYFEDDI
  6. REPRODHOC/Kinshasa
  7. COJESKI
  8. ACADHOSHA
  9. Collectif AMKA Congo
  10. OMD

Laisser un commentaire

Next Post

Lomami: les jeunes disent non aux manipulations politiciennes et lancent leur structure sociopolitique

Ils sont fatigués des manipulations par les acteurs politiques en perte de vitesse et ceux qui ont échoué aux différentes échéances électorales. En plus, alors qu’ils sont au chômage, ils se disent être considérés comme une arme de règlement de conflits politiques. Raison pour laquelle, plusieurs jeunes venus de différentes […]

Subscribe US Now

contact@letriompherdc.com